I used to know, but now that shit don’t feel right.

atlanta

Quand je suis sortie pour la première fois avec un garçon, j’avais 20 ans. Je pensais que cette relation allait durer 5 mois maximum. 2 ans et 7 mois plus tard, je suis toujours dans cette relation avec cette même personne.

Quand cette relation est devenue sérieuse, cela m’a fait peur. Je n’avais que 20 ans, et j’avais peur de regretter un jour de ne pas avoir plus expérimenté quand j’étais jeune. Mais je me disais aussi que je n’ai que 20 ans, je peux vivre aujourd’hui une belle histoire et peut être en revivre une autre plus tard. Et au fond de moi, je sais que je ne peux pas vivre une histoire autrement que sérieusement. Je suis très intense dans mon affection. Quand j’aime, j’aime passionément (qui est un autre mot pour obsessionnellement dans mon cas).

Mais quand cela ne va pas, c’est vrai que je me pose des questions: Est ce que c’est censé être comme ça ? Est ce que cela serait pareil, pire ou mieux avec quelqu’un d’autre ? Est ce qu’il s’agit d’une de ces difficultés à surmonter ou est ce plus difficile que cela ne devrait être?

Lors de notre première année de relation, je me rappelle qu’on trouvait étrange le fait qu’on ne se disputait jamais. Il fallait juste laisser le temps. Maintenant, cela fait 3 ans et des dizaines de disputes. Et en ce moment, c’est une période où je me pose beaucoup de questions.

Je suis contente que son travail le passionne, mais je regrette que cela empiète sur notre temps. Je suis agacée par ses promesses non tenues: “Oui, oui, on se verra mais en fait non.”. Je vais passer pour une personne horriblement superficielle mais je le trouve moins attirant avec des kilos en trop, des cheveux qui auraient dû être coupés il y a 2 mois, une barbe hirsute et des vêtements usés. Je sais que c’est terriblement superficiel mais je ne peux pas contrôler mon attirance physique.

A seulement 3 ans de relation, je vous avoue que ce laisser aller me fait très peur. Pas seulement physiquement mais aussi dans le manque d’attention et de considération.

Mais je veux encore donner une chance à cette relation. Une dernière chance.

Nous partons le weekend du 14 juillet à Londres pour assister à Harry Potter and the Cursed Child. J’espère que ce weekend m’aidera à voir plus clair.

You may also like

4 Comments

  1. Je l’avais senti dès que j’ai lu le titre sur Twitter, puis en commençant l’article ici je me suis dit que non je m’étais trompée et finalement c’était bien ce que j’avais pensé au départ. (Je suis douée pour faire compliqué quand on peut faire simple)

    Je te comprends parfaitement quand tu dis être intense, passionnée voire obsessionnelle quand tu aimes, nous sommes ainsi faites et je te comprends encore plus quand tu dis être agacée par les promesses non tenues. Moi je suis terriblement déçue quand ça arrive et je crois que mon côté drama queen atteint des sommets dans ces moments-la !

    Je n’ai jamais vécu de relation aussi longue, donc je ne te serai probablement pas d’une grande utilité mais je pense que c’est un peu “normal” qu’il y ait des choses qui ne te plaisent pas parfois, même si elles peuvent être “superficielles”. Après, je pense que tu as toujours été très mature et tu saurais distinguer ce qui est vraiment très important pour toi, de ce qui l’est moins. Et là je parle de l’amour, de ton amour pour lui, de son amour pour toi, parce que pour moi c’est vraiment tout ce qui compte au final et oui je crois qu’il est plus fort que tout. Après je suis peut-être restée coincée dans un monde de bisounours derrière mes airs de Daria.

    J’espère que votre weekend te surprendra positivement et vous permettra de vous retrouver !

    1. Il ne faut pas trop se fier à mes titres. 🙂 En général, je choisis un morceau qui convient à mon mood avant de commencer à écrire un article. Et je l’écoute en boucle pendant que j’écris l’article. Et pour le titre, je prends une phrase de la chanson qui correspond bien. Dès fois, ça correspond pas mais j’aime juste la phrase.

      Ce côté obsessionnelle s’applique aussi dans mes amitiés. C’est principalement pour ça que je n’arrive pas à avoir un grand groupe d’amis. Quand je suis amie avec quelqu’un, j’ai besoin qu’on soit quasi meilleurs amis. Soit je suis “obsédée” par toi, soit je m’en fous complètement de toi. Pas d’entre deux.

      Je déteste la personne que je deviens. Je suis tellement déçue que je deviens irrationnelle, méchante et pathétique. Je fais un effort pour que ca m’affecte moins. Tout est dans l’extrême chez moi. C’est fatigant parfois.

      Oui, dès fois, je me demande si tout ça n’est qu’un side effect d’une longue relation . Mais vu que je n’ai pas eu d’autres relations, je ne sais pas. Je sais que cela ne peut pas être comme la première année tout le temps. Mais je ne savais pas que cela pouvait être aussi difficile par moment…

      Oui ! J’essaierai de partager ce weekend sur IG, notamment dans mes stories. J’essaye de m’y mettre sérieusement.

  2. Laisse parler ton cœur. Décide de la vie que tu veux avoir et des regrets que tu ne veux pas avoir. Pour te lire depuis un bout de temps, tu es intelligente.
    Je n’en dirai pas plus car j’ai peut-être pas la bonne expérience, l’important c’est toi ne l’oublie jamais.
    Passe un bon weekend
    Sté (ex biscottedeproust)

    1. Merci pour tes mots. J’ai parfois peur de rester dans une situation confortable car elle l’est, même si elle n’est pas parfaite. Je me dis que peut être que ça ne peut pas être parfait de toutes façons. Ca me semble réaliste.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *