Well, I would say that I’m just drifting.

tumblr_n12u9yslws1s2ntk9o3_500

La rentrée a toujours été un événement pour moi. Je pensais des jours à l’avance à quels vêtements (nouveaux, bien sûr) j’allais pouvoir porter pour la rentrée. J’étais si excitée, impatiente et nerveuse que j’avais toujours du mal à m’endormir la veille d’une rentrée. Pour moi, la rentrée était synonyme de renouveau. A chaque rentrée, je pouvais recommencer de zéro et être une nouvelle personne, une meilleure personne. Les beaux stylos et les livres tout neufs étaient juste la cerise sur mon cupcake. Et bien sûr, j’étais excitée d’avoir un nouveau crush. Tous les ans, je parvenais à avoir un crush. Non pas parce qu’il y avait tous les ans au moins un garçon mignon dans ma classe mais parce que je voulais tellement avoir un crush que n’importe qui de sexe masculin devenait mignon. (Le pouvoir de la persuasion!)
Mais ces dernières années, mon excitation pour la rentrée s’est quelque peu effritée. Il suffit de jeter un coup d’œil à mes articles de rentrée pour s’en rendre compte. Le nombre de mots dans un article est proportionnel à mon niveau d’excitation pour la rentrée.
En 2010, je rentrais en Terminale et d’après toutes mes recherches (séries pour ado), c’était censé être la meilleure année de toute ma vie.  Nombre de mots pour cet article: 1822.
En 2011, je commençais ma vie étudiante. J’étais persuadée que cela allait être le premier jour du reste de ma vie. Nombre de mots pour cet article: 2019
En 2012, je commençais une nouvelle licence dans une nouvelle université après une dépression causée par mon ancienne formation. Nombre de mots pour cet article: 622
En 2013, je poursuivais ma licence dans la même université avec la même classe. Nombre de mots pour cet article: 852
En 2014, j’étais à UofT et apparemment bien trop occupée à découvrir les joies de l’étudiant à l’étranger pour daigner écrire un article de rentrée.
En 2015, rentrée en M1 dans une nouvelle université. Pas d’article.
On peut dire que mon excitation pour la rentrée a chuté drastiquement depuis 2013.

Lundi dernier, j’ai fait ma dernière rentrée, et j’étais bien contente que ce soit la dernière. J’ai passé six ans dans l’enseignement supérieur, c’est plus que dans n’importe quel autre enseignement. Rentrée n’est plus synonyme de renouveau à présent, c’est juste une énième journée de rentrée où tout le monde rabâche des informations qu’on peut lire sur leur site. Je ne crois plus en la Rentrée.
J’ai toujours aimé l’école car j’aimais apprendre des choses et recevoir la validation de mes professeurs. L’école était simple pour moi: je faisais ce qu’ils demandaient et j’étais récompensée pour cela. Point.
J’aime toujours apprendre des choses, mais pas forcément dans un contexte scolaire. Je préfère apprendre en lisant, en prenant des cours en ligne, en regardant des crash courses. Je n’ai plus envie d’être constamment évaluée, de suivre des cours qui ne m’intéressent pas et de caresser l’ego de certains professeurs.
C’est en partie pour cette raison que je suis ravie que cette dernière année d’étude se fasse en alternance. Je passe donc la moitié de mon temps en cours, et l’autre moitié en entreprise. Il ne me reste plus qu’à passer une vingtaine de semaines en cours et j’aurai enfin fini.

You may also like

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *